"La répartition et la nature des exploitations sont étroitement liées à la nature géologique du sous-sol."

Coupe géologique de Paris montrant l'anticlinal de Meudon : en violets sont les terrains exploités pour le gypse ; en rouge, ceux exploités pour le calcaire grossier.

La topographie actuelle du Bassin parisien, résultat de l'érosion fluviatile et des légères poussées orogéniques alpines, font que les 20 premiers mètres exploitables sous la capitale diffèrent entre le nord et le sud de la Seine. Seul point commun, ce sont des terrains issus de la sédimentation marine.
Ainsi, au nord de la Seine "affleure" des roches gypsifères (en violet sur la coupe ci-contre) ; elles témoignent de la présence à cette époque - vers 38 M.A.=38.000.000 années- d'une mer fortement minéralisée par une forte évaporation en climat chaud, voire aride.

Les calcaires grossiers que l'on rencontre en subsurface au sud de la Seine (couleur rouge) témoignent de la présence il y à quelques 45 M.A. d'une mer d'une dizaine de mètre de profondeur, grouillante de vie et d'organismes. L'anticlinal de Meudon, bien visible sur cette coupe géologique de Paris, permit d'exploiter ces calcaires grossiers au dessus des nappes alluviales de Seine et Bièvre, donc dans des conditions favorables.

Répartition spatiale des 2 grands types d'exploitations sous Paris :

En rouge figurent les exploitations de calcaire grossier, en bleue celles de gypse, en pointillés les zones de dissolution du gypse "antéludien".

On observe que, logiquement, les exploitations de "pierre à plâtres" se firent sur les terrains gypsifères au nord de la Seine, tandis que les carrières à calcaire du sud fournirent les pierres pour la construction.

Le calcaire fut ainsi exploité dans les 5è, 6è, 12è, 13è, 14è, 15è et 16è arrondissements de Paris (770 hectares) ; il laissa place à d'importants vides dans le sous-sol qui sont à l'origine des Catacombes actuelles.
Cliquez ici pour accéder au plan des exploitations de calcaire en Ile-de-France.
<= Cliquez sur cette image pour accéder au plan de localisation des carrières de calcaire grossier sur Paris et sa banlieue sud.

Etude du calcaire exploitéCoupe lithologique des niveaux calcaires exploités

Il s'agit d'un calcaire "grossier" riche en fossiles du Lutétien moyen et inférieur (entre 45 et 49 millions d'années). Il est surmonté par des Marnes et caillasses du Lutétien supérieur. Subhorizontales, leur profondeur va de 17 à 30m sous le niveau du sol. Ceci explique les profondeurs actuelles des Catacombes ainsi que leurs limites : lorsque la surface baisse d'altitude -aux abords des courts d'eau- les niveaux de calcaire grossier arrivent en surface rendant l'exploitation souterraine impossible. Ainsi le grand réseau sud est-il limité au nord et à l'ouest par la vallée de la Seine, à l'Est par celle de la Bièvre ; de même le réseau du 13ème est arrêté au nord et à l'Est par la Seine, à l'Ouest par la Bièvre.
Les carriers vont exploiter les bancs les plus compacts : bancs du liais, francs, royal. Le reste constitue les déchets et engendrent d'importants coûts d'évacuations. C'est là que les techniques d'exploitation jouent.

 

L'exploitation des couches calcaires

Afin d'exploiter à 20m sous terre des niveaux calcaires de plusieurs mètres de puissance, les carriers eurent à résoudre les problèmes suivants :


- extraire, évacuer et remonter les matériaux


- consolider les carrières souterraines par des pilliers de soutainement


Cliquez ici- maintenir une circulation en oxygène suffisante pour la respiration et l'éclairage à flamme


- évacuer les eaux d'infiltration et de ruissellement