Confortation circulaire en voûte sous Trémery dâtée  de 1830Carrière souterraine du Parc de Saint-Cloud (92)

Cette carrière était déjà en pleine activité au cours du 17ème siècle. Les pierres extraites entrèrent notamment dans la construction du Louvre et du Château de Saint-Cloud (bâti de 1670 à 1680). Le mode d'exploitation était vraissemblablement en piliers tournés. L'IGC entrepris de vastes travaux de consolidation des vides dès la fin du 18ème siècle : piliers et ouvrages de soutainement furent élevés ; des remblais comblèrent les vides ; des galeries de recherche et d'inspection furent aménagées. Des travaux de Guillaumot menés en 1788 et 1789, il subsiste encore deux galeries transverses : hagues et piliers à bras maintiennent en arrière les déchets de comblement ; des inscriptions grossières peintes en rouge numérotent les ouvrages de confortation et les dâtent. Une voûte fut également aménagée sous Guillaumot ; elle porte la mention explicite suivante "34 G 1789". Toutes les autres galeries de cette carrières sont rectilignes et sont l'oeuvre de Trémery ; elles sont toutes confortées et finements maçonnées (en voûtes, encorbellements, ogive) ; leur dâte d'exécution se situe entre 1823 et 1833 à une époque ou Trémery n'était pas encore Inspecteur général en chef des carrières (ceci pourrait expliquer pourquoi sa signature, un "T", n'est ici que peinte et non sculptée). Malheureusement, afin d'alimenter en pierre les travaux de restauration du Château de Saint-Cloud, des morceaux de 5-6 blocs furent régulièrement enlever en 1850 dans les murs de confortation de la zone Est de la carrière.
L'entrée de cette carrière se fait en cavage. Les confortations sont magnifiquement conservées et rappellent celles des Catacombes de la capitale. Les grafitis d'époque sont ici particulièrement abondants ; certains rappellent des épisodes de l'histoire de France : Napoléon, la fuite de Louis Philippe,... Il n'y a pas de tags et les dégradations "modernes" sont minimes : juste quelques grafitis de ces dernières années à la mine de plomb, comme à l'ancienne. Galerie photo récente

Galerie photo (2002)
Un des nombreux grafitis d'époque (photo Titan)35ème ouvrage de confortation sous Guillaumot de l'année 1789 (ici une voûte) ; remarquez l'épure préparatoire en noir. [photo Titan]
confortation en ogive proche de l'entrée n°1 Pilier de conso. moderne en encorbellements Confortation en voûte
Confortation circulaire Piliers à bras et hagues de Guillaumot (à gauche)
Voûte de confortation sous Guillaumot (1789) Détail d'un pilier à brad érigé en 1789 sous Guillaumot Elargissement maçonné
Galerie confortée en ogive et encorbellements Piliers en bois de soutainement Elargissement maçonné
Datation et numérotation d'un pilier à bras sous Guillaumot (photo Titan).