Les puits :Puits aérien intact sous le bd Arago

Les puits se comptent par centaine dans les Catacombes. Certains corespondent encore aux anciens puits d'exploitation par lesquels les carriers remontaient les matériaux. Il y avait également des puits qui plongeaient dans la nappe phréatique pour alimenter en eau les habitations superficielles (au cours du 19ème siècle, l'IGC les a réutilisés pour aérer ses galeries). Si certains sont restés intacts, d'autres ont été aménagés pour servir d'accès aux équipes spécialisées - puits de service à échelons -.

Tous concourrent à aérer les galeries ainsi qu'à évacuer une petite partie des eaux pluviales parisiennes. Ils sont surmontés et séparés de la surface par des plaques métalliques (lourdes et/ou soudées).

Exemple d'un puits à eau sous le bd JourdanMais dans les Catacombes on rencontre aussi des puits qui n'atteignent pas la surface. L'IGC a ainsi foncé des puits de sondage -pour explorer le niveau inférieur et mettre en évidence des carrières sous-jacentes- ainsi que des puits à eau pour évacuer l'eau des galeries d'inspection.

Enfin il faut distinguer les puits maçonnés -aériens ou à eau- de ceux dont les parois sont brutes dans la masse rocheuse. Parmi les puits maçonnés il en est de rares de forme carré [ cliquez ici pour en visionner un ]

Voici ci-dessous un puits à eau maçonné circulaire sous le Jardin des Plantes.

Puits à eau maçonné sous le Jardin des Plantes

Résumé, synthèse :
=>On distingue ainsi :
1) puits de service (notés "ps" ou "pse" si échelons), réalisés par et pour l'IGC. Ils ont un diamètre moyen (autours de 1,5m) et assurent une triple fonction : aérer les galeries ; évacuer les eaux de surface ; permettre l'accès aux équipes.
2) anciens puits d'exploitation (AP), d'un diamètre supérieur (2-3m), utilisés par les carriers pour remonter équipes et matériaux (avec l'aide de grandes roues). L'IGC en a réutilisés quelques'un afin d'aérer les galeries ou d'y aménager des escaliers.
3) anciens puits à eau. L'IGC a choisi d'en conserver un certain nombre pour aérer et alimenter en eau les équipes.
4) puits à des fins uniquement d'aération, d'un diamètre réduit (<1m) et de forme souvent parallélipipèdique, l'IGC les forait puis les maçonnait.

Ancien puits d'exploitation comblé avec son cône d'évasement (Gravelle, Bois de Vincennes)Remarque : avec un peu d'expérience il est aisément possible de distinguer sur le terrain de quel type de puits il est question. Un grand nombre d'entre-eux furent comblés car gènants ou inutiles. Des déchets de toutes sortes (vaisselles, terre, os) furent ainsi déversés pêle-mèle ; ils forment aujourd'hui au sein des vides d'exploitation ces cônes d'évasement si caractéristiques (voir photo ci-contre)