Cliquez ici Les ChampignonnièresCulture des champignons de Paris dans la proche banlieue sud vers 1900 (Cliché IGC)

A partir des expériences tentées avec succès par l'agronome Chambry sous la rue de la Santé vers 1820, la culture de l'agaric comestible ou champignon de Paris dans les anciennes carrières abandonnées devint une grosse industrie souterraine pendant tout le XIXè et le début du XXè siècle. Mais l'urbanisation progressive du sud de Paris et l'exiguïté des galeries firent émigrer cette culture vers la banlieue proche, puis la province.
[cliquez sur ce lien pour visionner une de ces anciennes champignonnières de la banlieue sud]


Cliquez ici L'Exposition Universelle de 1900 [cliquez ici]

Reste du tunnel sous la Manche reconstitué

Cliquez ici Les caves à Charbon

Dans une cave à charbon du 13ème arrondissement ; notez la couleur noirâtre des murs
Certaines entreprises et propriétaires profitèrent de la présence de vides souterrains accessibles pour y aménager des caves d'entrepos de charbon. Ces réutilisations des carrières souterraines cessèrent naturellement avec l'arrêt progressif de l'utilisation du charbon en tant que source d'énergie domestique (après la seconde guerre mondiale). L'exemple qui vous est présenté ici concerne l'unique cave à charbon encore accessible dans les Catacombes de Paris, plus précisément dans le 13ème arrondissement. [Cliquez ici pour l'atteindre]

 

Cliquez ici Abri anti-atomique

C'est un journal, saisit par des cataphiles, qui informa dans les années 80 l'opinion publique de l'existence d'un abri anti-atomique au sein des Catacombes de Paris. C'est en effet en pleine guerre froide que furent construit en secret ces abris. Par soucis de discrétion nous tairons l'emplacement de celui-ci. Mais, aux dires de certains cataphiles et après visionnage de certaines photos, nous pouvons dire qu'il ne présente aucun intéret particulier : ce ne sont que de longues et vastes salles entièrement bétonnées.