Accès en pente douce vers la carrière de Port-MahonCarrière de Port-Mahon

Ainsi dénommée en raison d'une sculpture de Décure toute proche, la carrière de Port-Mahon est fort ancienne (Moyen Âge). On y accède à partir de l'ossuaire officiel en empruntant une galerie parfaitement consolidée : tronçon en encorbellements ; voûtes et arches, sous la ligne RER (ancienne voie de chemin de fer de Sceaux). C'est à cet endroit que l'on passe en niveau inférieur et qu'on atteind la carrière de Port-Mahon proprement dîte. L'escalier qui permet cette descente constitue un véritable ouvrage d'Art avec ses voûtes et arches de consolidation massives (il faisait déjà l'admiration d'Emile Gérard il y a un siècle). La carrière et sa structure nous apparait alors, nous permettant ainsi de reconstituer son histoire : tout débute au Moyen-Âge avec l'exploitation par les carriers, ils laissent derrière eux de nombreux piliers tournés ; à partir de 1790, l'IGC de Guillaumot cartographie la carrière et commence à édifier des pilers à bras de soutainement (numérotation des piliers et dâtes sont peintes en rouge) ; des déblais de comblement sont également placés autours des piliers tournés et sont maintenus par des hagues ; dans les années 1865 l'IGC édifie de massifs piliers carrés de soutainement (en pierres calcaire maçonnées) ; enfin ces dernières années voient arriver les premières vagues d'injection en bordure Sud-Est de la carrière. Signalons qu'il existe dans la carrière un niveau inférieur : on y accède à partir d'une petite échelle en fer ; l'ensemble fut conforté par de " fins " piliers à bras, édifiés entre les piliers tournés (une numérotation peinte en rouge indique que ces travaux sont probablement à rattacher à ceux de l'IGC de 1790).
Deux passages à l'Est de Port-Mahon permettent d'atteindre la galerie d'inspection de la Tombe-Issoire ; les plaques indicatives dâtent les travaux de confortation aux années 1840 et 1876-77. Les communication avec le reste du réseau ont été interrompus depuis une vingtaine d'années (vraissemblablement depuis 1983).

Plaque indicativeActualité : la carrière de Port-Mahon est actuellement menacée d'injection en raison d'un projet immobilier visant à remplacer le bâti actuel (d'origine ancienne) par des bâtiments modernes de haut standing. Bien que la carrière soit encore relativement solide, hormis peut-être sa bordure Sud-Est, elle risque sous peu de disparaitre. L'enjeu financier est tel que les promoteurs vont probablement essayer de passer outre le fait que ce site souterrain est classé parmi les monuments hitoriques.

Galerie photo
Plaque indicative sur un pilier carré de consolidation IGC Pilier tourné dans la carrière Piliers à bras IGC au niveau inférieur Indication sculptée sur un pilier tourné
Niveau inférieur : pilier tourné à droite ; hagues et piliers à bras à gauche. Escalier de consolidation sous l'ancienne voie de chemin de fer de Sceaux.