Ossuaire sous le cimetière de Montrouge (75)

Peu connue, cette carrière à hagues et bourrages renferme 8 ossuaires dont 7 en parfait état (le huitième étant le "viandox", seul encore en communication avec le grand réseau du 14). Les ossements provenant de fosses communes furent ainsi jetés pêle-mêle à partir d'anciens puits d'exploitation. Ce réseau est aujourd'hui inaccessible suite à l'effondrement de l'unique puits d'accès.

Plan réactif du réseau de galeries sous le cimetière de Montrouge ; cliquez sur  ce que vous souhaitez visualiser Puits à ossements dont certains sont emballés dans des sacs plastiques noirs Piliers à bras Le Viandox galerie à concrétions ossuaire principal ossuaire ossuaire ossuaire ossuaire ossuaire

Gilles Thomas nous livre les explications suivantes :
L'activité de ces carrières souterraines cessa en 1830, années où le Cimetière de Montrouge fut créé. A partir de mars 1833, d'anciens carriers vont déversés à partir de 10 anciens puits d'exploitation plus de 5000 morts : ce sont ceux dont la durée de concession arrive à terme. L'administration procéda ainsi jusque dans les années 1960 ; un puits de la 55ème division comporte des ossements encore plus récents (probablement du début des années 1990).
Sous le cimetière de Montrouge il existe 2 réseaux de carrières indépendants. A l'intérieur de chacun d'entre eux furent déversés pêle-mêle des milliers d'ossements. Le réseau Ouest correspond à celui qui vous est présenté ici. Celui de l'Est est, suite à un effondrement, divisé en 2 (dont le célèbre viandox) ; on y trouve, en ciel de galerie, l'inscription "HUET 1833" (il s'agit là de la plus ancienne trace en rapport avec les déversements d'ossements, probablement le nom d'un ouvrier en charge de ce macabre travail).