CARRIERE SOUTERRAINE DE LEZENNES (SUD DE LILLE)Fred sur l'Arche Perdu

Lezennes est une des communes de la banlieue sud de Lille. Elle est souminée par d'ancienne carrières souterraines de calcaire, sur une surface apparemment très étendue. Le niveau moyen d'exploitation se situe entre 12 et 15 mètres. Le mode d'exploitation, remontant selon LABELGIC (notre guide) aux temps romains, est en piliers tournés. Leur hauteur se situe autours de 5-6 mètres, mais les importants déchets d'exploitation font remonter le ciel de carrière entre 1,6 et 3 mètres. C'est de la carrière brute : pas de galerie d'inspection, ni d'ouvrages de confortation (piliers, hagues). On se ballade donc entre des piliers tournés qui se ressemblent tous ; c'est donc assez paumatoire (beaucoup de fils d'Ariane). Ces piliers sont irréguliers ce qui indique un mode d'exploitation d'avant-guerre (confirmé par les nombreux graffitis de carrier, fin 19ème, début 20ème). Il s'agit d'un calcaire particulièrement tendre et humide qui se débite par petits morceaux. La carrière semble assez stable : peu de piliers fracturés ; quelques grandes failles entre les piliers. A priori ce n'est pas un effondrement généralisé qui guette, mais plus de petits morceaux décimétriques de calcaire se délitant de la roche en place. L'accès aux carrière s'effectue uniquement à partir de puits à échelons (pas d'entrée en cavage dans cette région plate), ce qui rappelle les Catacombes de Paris. Les catiches, anciens puits d'exploitation des carriers, sont partout ; ils sont isolés des 3 mètres de terre superficielle au moyen de blocs de pierres disposés en voûte (attention en passant en dessous, car les chutes de pierre sont possibles). Quelques escaliers, taillés dans la roche existent ; l'un d'entre eux nous mena dans la cave d'un particulier, juste sous son plancher. La carrière est sujette à de nombreux rejets d'eau usée (ça pue fort par endroit). Les grafitis (gravés dans le calcaire tendre ou inscrits à la mine de plomb) sont très abondants et en relation avec l'intense exploitation des années 1880 - 1920. Une petite vierge a même été installée vers 1914 ; on trouve à proximité les noms d'une dizaine de famille venue se réfugier lors des bombardements de la seconde guerre mondiale. A signaler que depuis une dizaine d'année, un amoureux des lieux (JEF) s'est aménagé plusieurs salles (dont une chapelle) ; un petit puits carré remonte même dans sa cave (j'en profite pour le saluer et le féliciter pour le travail accompli). A signaler pour finir une très belle salle en cours d'aménagement à proximité de l'entrée avec sièges en pierres, tables, bar,... Bref une très belle carrière rappelant quelque peu les carrières de Paris, mais en bien plus propre et plus tranquille.

AVERTISSEMENT IMPORTANT : Cette carrière est particulièrement dangereuse en raison de son immensité et de son caractère paumatoire (tout se resemble, il n'y a pas d'axes rectilignes). De plus, les rares puits de service montant vers la surface sont tous fermés (plaque boulonnée de la surface).<< Régulièrement>> des personnes s'y perdent et font courrir de grands risques aux équipes de secours (le dernier accident mortel remonte à à peine 10 ans). Si vous êtes seul, peu expérimenté, vraiment ABSTENEZ-VOUS. Dans le cas contraire c'est à vos risques et périls (surtout prévenir une personne extérieure).

Spécial remerciement à Labelgic et Sandi pour nous avoir fait découvrir cette carrière du Nord

Galerie Photo (toutes de Titan)
Descente du puits à échelons (12m) Petite Chapelle avec le nom des 12 familles réfugiées pendant les bombardements de la seconde guerres
Déblais entre ciel et piliers tournés la "Salle du Cinéma"
Salle de Merlin Pilier tourné avec indication de puits
Fred se prenant pour Jef Fred sur l'Arche Perdu
Petit bar bien sympa Catiche vue du dessous
Mince pilier tourné et indication de repère Au bar des Catas.