" La chasse à l'homme dans les Catacombes " (l'Illustration, 17 juin 1871)

Les Versaillais massacrant les derniers communards dans l'ossuaire de Denfert

LA CHASSE A L'HOMME
17 juin 1871

DANS LES CATACOMBES

<< Cette chasse dans les Catacombes a été l'un des épisodes les plus dramatiques de ce grand drame de la prise de Paris par l'armée de Versailles.
Nous devions donc en conserver le souvenir par un dessin et en dire quelques mots.
La lutte à travers les rues de la ville est terminée.
Les insurgés ont été forcés dans toutes leurs positions.
Ceux qui n'ont pas été tués en combattant, pris ou fusillés, ont tous cherché leur salut dans la fuite.
Les uns se sont réfugiés dans les égoûts, les autres dans les carrières d'Amérique, d'autres enfin, en plus grand nombre, dans les Catacombes.
Aucun des ces asiles ne devait les protéger.
Traqués et atteints partout, ils furent tous ou tués sur place ou faits prisonniers, et conduits à Versailles.
C'est dans les premiers jours de ce mois que commença la chasse à l'homme dans les Catacombes. Des troupes y pénétrèrent par la porte de la barrière d'Enfer, tandis que d'autres troupes occupaient solidement l'autre porte ouvrant sur la plaine de Montsouris. Puis, armés de torches, les soldats descendirent avec précaution dans l'immense ossuaire.
Ce qui s'y passa alors se devine sans peine.
Notre dessin parle trop éloquemment pour que nous jugions nécessaire de nous mettre en frais de description. Horrible a dû être cette lutte suprême, à la lueur rouge des torches, éclairant étrangément les visages contractés des combattants. Piétinements furieux, cris de colère et cirs de douleur, râles d'agonie, et le cliquetis des baïonnettes et les détonations ; quelle scène! Tout cela dans les longs couloirs de ces cryptes tapissées d'ossements, sous l'oeil même des morts, troublés dans le repos qui leur avait été promis! En effet : << Au delà de ces bornes ils reposent en attendant la vie bienheureuse,>> est-il écrit en latin sur la porte où on descend chez eux : Has ultrà metas requiescunt beatam spem expectantes.

C.P. >>

" Quant un employé de l'IGC organise ses propres visites clandestines dans les Catacombes et en tire rémunérations " (1874)

Cette étonnante histoire m'a été transmise par Brewal, suite à des recherches effectuées à la bibliothèque historique de la ville de Paris ; qu'il en soit ici remercié. Le rapport est transcrit dans son intégralité ; c'est un régal !

<< Objet du rapport : Visite des carrières souterraines organisée sans autorisation 28 février 1874

Rapport de l'Inspecteur des Mines

Il résulte d'un rapport de l'officier de paix du quatorzième arrondissement qu'une visite des carrières a eu lieu sans autorisation dans la nuit du 31 janvier au 1er février, sous le conduite du Sieur Marcellin, garde-magasin de l'Inspection des Carrières. Le Sieur Marcellin s'est entendu avec quelques jeunes gens disant faire parti d'une société chorale qui lui ont demandé de descendre dans les carrières pour y chanter des chants. Parmi ces jeunes gens dont le nombre a grossi au dernier moment jusqu'à atteindre environ 25 personnes, se trouvaient les Sieurs Grenier, Fournier, Daix, Sénéchal, tous inconnus de l'Inspection. Rendez-vous avait été pris par eux chez le Sieur Berton, marchand de vin, au coin de la rue d'Enfer et du boulevard Arago ; à dix heures du soir, le groupe est descendu dans les carrières par l'escalier du boulevard Saint Jacques, s'est rendu aux environs de l'Ossuaire municipal au lieu-dit Port-Mahon où on a bu et chanté, et est remonté après un assez long parcours par l'escalier de la chaussée du Maine. Rencontrés par des sergents de ville lorsqu'ils revenaient en troupe vers la place d'Enfer, sans doute pour se livrer à de nouvelles libations chez le Sieur Berton, plusieurs d'entre eux ont été interrogé et conduits au poste, et, parmi eux, le Sieur Marcellin. Celui-ci nous a spontanément avoué sa faute le 2 février, en témoignant le plus grand repentir. Il dit qu'aucun des visiteurs n'était ivre, qu'on a seulement bu quelques bouteilles en chantant dans les carrières, et soutient n'avoir reçu d'argent de personne pour prix de sa coupable complaisance. Nous avons immédiatement infligé à cet agent une amende de 20 francs, nous réservant d'agir plus sévèrement à son égard après une enquête détaillée.
La lettre de Monsieur le Préfet de Police, du 11 février, dont nous venons de recevoir communication, porte que, d'après Monsieur le commissaire de Police, le Sieur Marcellin a tiré profit de sa visite, ayant reçu de l'argent de plusieurs invités. Il ne nous a pas été possible de vérifier ce point. Il importe de remarquer toutefois, ce qui atténue dans une certaine mesure la culpabilité du Sieur Marcellin, que la visite n'a pas eu lieu dans l'Ossuaire, dont les portes sont fermées par des clés qui sont exclusivement entre les mains de Monsieur l'Inspecteur Général des Carrières et de l'Ingénieur soussigné, et il n'y a lieu d'entendre par le mot Catacombes que les Carrières souterraines existant sous Paris. Le Sieur Macellin qui a la clé des diverses entrées des carrières, en sa qualité de garde-magasin a commis une faute incontestable en organisant nuitamment dont il s'agit. Mais cet agent n'est a proprement parler qu'un simple ouvrier touchant un salaire journalier de 4 francs, chargé de menues réparations au matériel employé aux consolidations des carrières et de veiller à la sûreté du magasin de l'Inspection, situé dans une cour dépendant de l'un des anciens pavillons de l'Octroi, à la barrière d'Enfer. entré dans le service des carrières le 1er décembre 1864, en qualité de terrassier avec un salaire journalier de 2,75 francs, le Sieur Marcellin a été choisi comme garde-magasin par mon prédécesseur le 20 septembre 1871, en remplacement d'un Sieur Meymat renvoyé pour participation à la Commune. Il fallait que sa probité fût bien établie pour que le choix se soit porté sur lui. Pour nous, depuis plus de vingt mois que nous le voyons dans l'Inspection, nous n'avons eu jusqu'à cet incident aucun reproche à lui faire au point de vue du service. Nous estimons qu'une présence de dix ans dans les ateliers de l'Inspection, sans que le Sieur Marcellin donnât lieu à aucune plainte, mérite à cet ouvrier d'être traité avec indulgence. Nous reconnaissons que la visite à laquelle il n'a pas eu l'énergie de se refuser, a eu trop de retentissement pour que l'amende de vingt francs infligée de prime abord au Sieur Marcellin constitue une punition suffisante et nous proposons de descendre son salaire journalier de 4 frs à 3,5 francs pendant une période de trois mois. Il ne faudrait pas s'exagérer d'ailleurs la faute commise. Les carrières ne constituent pas un lieu inviolable loin de là. Les champignonnistes y accèdent librement pas leurs puits ; il en est de même d'un certain nombre de propriétaires dans Paris. Dès lors le fait d'avoir facilité la visite des carrières constitue une faute assimilable seulement à une infraction à la discipline des ateliers. Dans le cas où Monsieur l'Inspecteur Général jugerait toutefois devoir remplacer le Sieur Marcellin comme garde-magasin, j'aurais l'honneur de proposer un remplaçant à bref délai, et je demanderais à continuer à employer cet ouvrier, mais seulement dans les ateliers souterrains.

Paris, le 19 février 1874

L'Ingénieur des Mines. O. Keller

Carte d'invitation jointe au rapport : " Henri Grenier vous invite à visiter les Catacombes le 31 janvier demain chez M. Berton au coin de la rue d'Enfer et du boulevard Arago à 8 heures du soir. Venir en tenue la plus négligée et on soupera dans les Catacombes." >>

" Concert de nuit dans les Catacombes " (Le Journal, 3 avril 1897)

<< Quelques rares privilégiés ce qu'il est convenu d'appeler des Parisiens de marque étaient conviés, cette nuit à une petite fête qui ne manquait ni d'originalité, ni d'imprévu. L'invitation est ainsi conçue :

Monsieur..... est prié d'assister au concert des catacombes, organisé par MM Pierres et Jouaneau, à onze heures.

Le vrai peut quelquefois n'être pas vraisemblable.

A l'heure dite, une centaine de personnes se faufilaient par une étroite porte de la rue Dareau, et commençaient la descente de l'interminable escalier qui mène aux catacombes. Des hommes noirs et fort accueillants, guidaient la route avec des bougies, dont la lueur tremblante éclairait mélancoliquement les rangées de crânes, les colonnettes de tibias, qui sont la gloire macabre de notre capitale.
Pourquoi, comment cette fête?
Renseignements pris, nous apprenons ceci : quelques jeunes gens, des littérateurs, des peintres, des musiciens, devisant certain soir après joyeux repas, constatèrent unanimement que la marche funèbre de Chopin, jouée la nuit, dans le décor pittoresque des catacombes ne pouvait manquer de produire sur les auditeurs une impression assez... caractéristique.
On résolut immédiatement de mettre ce projet à exécution. Il ne pouvait être question de demander aux autorités responsables une autorisation qui eût été certainement refusée ; mais l'un des conjurés avait d'étroites relations de camaraderie avec un ingénieur compétent qui n'autorisa pas, mais promit de fermer les yeux.
Ainsi fut fait!
Et le concert eût lieu, il ne faut s'étonner de rien à Paris !
L'impression fut, du reste, ce que les organisateurs avaient souhaités qu'elle fut : macabre. Un orchestre composé d'éléments excellents, recrutés parmi les artistes de l'Opéra, etc., exécuta la Marche de Chopin, la Danse macabre et d'autres morceaux de circonstance.
A une heure et demie, les récitants troublaient encore d'une voie mal assurée le repos de l'ossuaire.
A deux heures, se terminait une fête, sans précédent comme sans lendemain, je le crains !

Ad. M. >>

Un faux guide des Catacombes détourne un groupe de 50 visiteurs (21 juin 1948)

Le journal Combat du 22 juin 1948 conte cette amusante anecdote. << Une plaisanterie assez inattendue s'est déroulée dans les Catacombes au cours de la visite de l'après-midi. Un mystificateur, dont on ignore l'identité, profitant du fait que les guides officiels ne portent ni uniforme ni insigne, se substitua à l'un d'eux et entraîna un groupe de visiteurs dans des galeries interdites au public. A 19 heures, les employés de l'Administration des Carrières constatèrent avec effroi, que sur 732 visiteurs, une cinquantaine n'avaient pas franchi le portillon enregistreur de la sortie. Aussitôt, tous les employés mobilisés procédèrent, dans les galeries qui vont de de la Porte d'Orléans au boulevard Saint-Michel, à grands sons de trompes avertissantes, à des battues qui se prolongèrent jusqu'à 2 heures du matin. Finalement la petite troupe fut retrouvée saine et sauve... dans la cour du Val-de-Grâce. On eut, plus tard, l'explication du mystère : le faux guide qui connaissait parfaitement les lieux, avait entraîné ses victimes à travers le dédale de certains couloirs interdits en raison même de leur complexité et les avait conduits jusqu'à la sortie désaffectée qui se trouve dans l'hôpital du Val-de-Grâce. Il s'empressa de disparaître dès que les vrais guides se présentèrent. Parmi les hommes en détresse se trouvait l'un des gardiens de la paix charger de surveiller les visiteurs. >>