Mine inondée reconstituéeRestes de l'Exposistion Universelle de 1900

Réalisée dès 1898 par le Comité des houillères de France, elle était en fait composée de 2 expositions aménagées dans les vides de carrières en piliers tournés, sous le Trocadéro (16ème). La première, consacrée aux curiosités souterraines, comportait : une mine phénicienne du 9ème siècle avant JC ; des tombes reconstituées, égyptienne, mycénienne, étrusque ; une mine de plomb du 16ème siècle ; une temple chinois ; des grottes ornées d'animaux préhistoriques ; une reconstitution du lac et du gouffre de Padirac. La deuxième exposition, proximale, présentait mines et techniques minières au visiteur. On pouvait ainsi admirer : une mine de charbon avec boisages, minerai, outils et wagonnets ; une mine de sel gemme ; une mine d'or du Transvaal avec du véritable minerai aurifère et d'authentiques indigènes ; la reconstituion du farfelu projet de tunnel sous la manche, imaginé sous le 1er Empire pour envahir l'Angleterre.
Il ne subsiste plus de ces curiosités que des restes épars plus ou moins reconnaissables : la mine de charbon inondée avec ses boisages est encore bien visible ; il en va de même du tunnel sous la Manche, avec ses strates inclinées reconstituées ; des différents temples et monument ne subsistent plus que des tas de débris informes difficilement dentifiables.

Débris de temple Tunnel sous la Manche Plaque de rue IGC à proximité