Sous l'ancienne usine à gaz (actuel Parc de Choisy, 13ème arrdt)

De 1836 à 1937, en lieu et place de l'actuel Parc de Choisy, se trouvait un site de stockage de gaz de ville. La construction de 7 gazomètres (énormes cloches-réservoirs en partie enterrées) imposèrent une sécurisation préalable des terrains souminés par d'anciennes carrières souterraines. En leur aplomb fut ainsi érigés de massifs ouvrages de confortation ; ils épousaient parfaitement les formes circulaires des gazomètres. Aujourd'hui on peut ainsi passer de l'un à l'autre de chacun de leur soubassements par des galeries de liaison. Celles-ci sont grossièrement confortée par des voûtes et encorbellements en pierre, et parfois en briques. Sur les côtés subistent par endroits des terres rapportées, vestiges des champignonnières artisanales entretenues par les ouvriers des gazomètres. Un puits à eau situé dans une galerie en cul-de-sac comporterait 150 mètres de galeries noyées sur deux niveaux (voir Atlas du Paris souterrain par Gilles Thomas, p.61). Signalons pour finir que la partie Sud-Est des souterrains de l'usine à gaz est constituée par un dédale de galeries perpendiculaires étagées sur 2 niveaux avec de nombreux escaliers.

vers le niveau inférieur Fines conforations en encorbellements en angle de galerie confortation en voûte et encorbellements sous un gazomètre
Conforations sous un gazomètre Arches et voûte sous un gazomètre Murs de confortation à joints cimentés